Assurance auto : la franchise, combien ça coûte ?

assurance-accident-voitureEn cas de sinistre, les automobilistes sollicitent habituellement leur assurance, afin d’être pris en charge sur les travaux de réparation. Et à ce moment, une même question revient toujours : combien va coûter la franchise ? Cette somme restant à payer peut parfois changer la donne, car sur certains incidents, il devient plus intéressant de régler la situation sans l’assurance…

Quand doit-on payer la franchise ?

On parle de franchise automobile pour désigner la somme que l’assureur ne rembourse pas, après un accident dans lequel le conducteur est considéré comme responsable. Elle s’applique très souvent suite à des actes de vandalisme, puisque les auteurs des méfaits sont rarement identifiés. Elle existe aussi sur les garanties les plus couramment usitées, comme le bris de glace.

Selon les cas, la franchise peut être une somme forfaitaire ou un pourcentage d’indemnisation. Elle change en fonction de la nature du sinistre (bris de glace, vol, vandalisme, etc.).

Bien sûr, le montant de la franchise est plus ou moins important d’un contrat à l’autre : elle sera conséquente sur une couverture au tiers, mais elle peut être anecdotique — et parfois nulle — sur des formules « tous risques ».

Les différents types de franchises

La franchise absolue est la plus répandue : dans ce cas, la compagnie indemnise son assuré uniquement si le montant des réparations la dépasse. Naturellement, l’automobiliste perçoit seulement la différence entre la franchise et le prix des travaux. Par exemple, pour une porte cassée qui coûte 280 € en remplacement chez le garagiste, avec une franchise de 200 €, l’assurance assume 80 € sur la totalité de la facture.

Les autres types de franchises concernent des cas bien spécifiques. En effet, la franchise kilométrique est liée à la garantie assistance : elle définit la distance (par rapport au domicile) à partir de laquelle on peut être pris en charge par une dépanneuse. Certaines compagnies mobilisent aussi la franchise en jours, limitant le temps pendant lequel on peut bénéficier d’une voiture de remplacement.

Payer la franchise ou faire baisser le devis ?

Finalement, la franchise de certains contrats d’assurance, notamment au tiers, décourage souvent les victimes de sinistre, qui préfèrent assumer les réparations par leurs propres moyens. De plus, il faut savoir que dans certaines situations bien particulières, l’assurance ne pratique même pas la franchise, car elle refuse tout simplement de prendre en charge les réparations.

Par exemple, pour un rétroviseur arraché, il faudrait avoir signé une garantie sur les options et accessoires du véhicule pour espérer une indemnité — et si le fautif n’a pas été identifié, une franchise peut encore s’appliquer ! Ainsi, pour des réparations sommaires comme celle-ci, l’idéal reste de se rapprocher de spécialistes des pièces détachées auto.